Lettre ouverte à Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil régional de Bretagne

Lettre ouverte à Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil régional de Bretagne

Réunification bretonne : engagez-vous !

L’acte est historique. Ce vendredi 3 juillet, le nouveau conseil municipal de Nantes a désigné un Adjoint au maire en charge du dossier de la réunification. Conformément au programme de la majorité locale, cet élu présidera une instance dédiée à la recomposition territoriale et entrera en contact avec l’Etat pour organiser un référendum décisionnel, tel que demandé par le Conseil départemental de Loire-Atlantique à l’Etat le 17 décembre 2018.

En 2018, 105 000 électeurs de Loire-Atlantique [1] demandaient la mise en place d’un référendum sur la réunification. En 2019, un nouveau sondage [2] révélait une majorité de deux tiers des bretons des cinq départements favorables à un débat public sur ce même sujet.

Toujours en 2019, un groupe de travail regroupant des élus au Conseil régional de Bretagne, de toutes tendances politiques, vous remettait un rapport au sujet de la réunification [3], indiquant dans des termes éclairants : « La question du découpage des collectivités territoriales est une question démocratique qui doit être réglée de façon démocratique. Les populations concernées doivent être entendues. Au premier rang, évidemment, la population de Loire-Atlantique. Cette question est cruciale. Ce débat dure depuis des décennies et pourrait durer longtemps encore. Le temps est venu de le solder et de le solder démocratiquement. »

Tout récemment, le 17 juin dernier, vous avez indiqué vouloir «avancer sur la Bretagne à 5» après avoir indiqué préparer une réserve budgétaire en vue de l’organisation d’un référendum [4]. Le Conseil Culturel de Bretagne a appuyé cette position lors de la session du 27 juin 2020, considérant à nouveau « comme une urgence démocratique la consultation des citoyens des 5 départements ».

Pour la première fois, Nantes, première métropole bretonne, partenaire indispensable pour la réunification, s’ouvre à ce projet. Cet événement appelle une réaction rapide de la Région Bretagne pour enfin faire avancer concrètement le dossier.

A ce titre, cent citoyens des cinq départements bretons (associatifs, économiques, culturels, politiques ou issus de la société civile) demandent que ce nouvel Adjoint au maire de Nantes, futur responsable de l’instance de concertation, soit désigné « élu associé au Conseil régional de Bretagne » et invité à chacune des séances plénières. Cette démarche aura pour objectif la mise en place d’une feuille de route commune, dans le but d’aboutir au grand débat citoyen puis au référendum demandé à de multiples reprises par les Bretonnes et les Bretons.

« Nantes en Bretagne ! » ne doit plus être un simple slogan scandé ici ou là. En tant que Président du Conseil régional de Bretagne, la balle est désormais dans votre camp : c’est à vous de jouer !


Sur le même sujet

L’opposition municipale nantaise veut-elle faire taire les électeurs ?

La droite nantaise s’oppose-t-elle au fait que les citoyens soient consultés au sujet de la réunification de la Bretagne ?

Gwenn ha du à la mairie : « À la bretonne ! » invite Mikael Bodlore-Penlaez

Le Gwenn ha Du va pavoiser la mairie de Nantes. À cette occasion, « À la bretonne ! » invite Mikael Bodlore-Penlaez pour une webconférence consacrée au drapeau breton.

Les Rennais peuvent interpeller leur conseil municipal

A Rennes, dans le cadre de la charte de la démocratie locale, une question posée par au minimum 1000 résidents est inscrite à l’ordre du jour du Conseil municipal.

Aucun commentaire

Commenter
Aucun commentaire Soyez le premier à commenter cet article !

Commenter

Laisser un commentaire