Référendum pour la réunification : Loig Chesnais-Girard obtiendra-t-il une réponse d’E. Borne ?

Ce lundi 18 décembre, Loig Chesnais-Girard sera reçu avec l’ensemble des présidents de région par le Président Macron et la Première Ministre Borne.

Il y a maintenant plus de 6 mois, le Président de la région Bretagne a co-signé avec les maires de Nantes, Brest et Rennes un courrier à la Première ministre demandant la mise en place d’un référendum sur la réunification bretonne. Il n’a obtenu aucune réponse.

« À la bretonne ! » invite Loig Chesnais-Girard à évoquer ce sujet lors de cette rencontre afin d’obtenir une réponse.

« À la bretonne ! » attend du Président du Conseil régional qu’il fasse en sorte que la Bretagne, ses élus et sa population obtienne enfin d’Elisabeth Borne les réponses et la considération suite aux nombreuses sollicitations.

Pour Christophe PRUGNE, Président d’”À la bretonne !”, “Alors que la participation aux élections baisse régulièrement, les habitants de Loire-Atlantique ont montré à de nombreuses reprises qu’ils veulent s’exprimer sur le sujet de la Bretagne à 5 départements. C’est le rôle de Loig Chesnais-Girard de montrer un minimum de volontarisme afin d’obtenir la réponse attendue. ”


Sur le même sujet

Question au gouvernement de Paul Molac et interpellation de Ronan Dantec : pour obtenir un vote, augmentons la pression démocratique !

Ce mardi, lors des questions au gouvernement, Paul Molac a interrogé la ministre déléguée en charge de la ville Nadia Hai sur la volonté du gouvernement d’organiser un vote des électeurs de Loire-Atlantique sur la réunification bretonne.

Brest demande un référendum pour la réunification !

À la bretonne ! se réjouit du vote ce jeudi soir, en Conseil municipal de Brest, d’un vœu pour un référendum en Loire-Atlantique sur la réunification bretonne.

Drapeau breton : l’avis des citoyens a-t-il du sens pour le maire de Saint-Nazaire ?

L’installation du drapeau breton sur l’hôtel de ville, sollicité à deux reprises par plus de 9000 habitants à travers le droit d’interpellation citoyenne, a été refusée par la mairie de Saint-Nazaire.